Roc

Là reste la falaise
L’arête du malaise
La roche austère
Moule la terre.
Vertige des corps
Vestige, décors
Mouillés au bord
Des courants d’or.
Les gaves gavés
De galets roulés
Se ruent, torrents d’eau
Au flan du caniveau.
Et l’homme géant
Là-haut prend son élan
Et son cri roque s’entraille
Dans l’ocre muraille.